Israël, Terre Promise pour les retraités

La retraite représente une étape importante de la vie. Suivant le pays de cotisation et de versement de leur allocation, les seniors bénéficient d’avantages, de réductions diverses, d’une couverture sociale et médicale. Retraite française ou israélienne, comment être un pensionnaire heureux en Terre Promise ?

Les retraités ayant travaillé et cotisé en France
Israël attire de plus en plus de retraités français. Outre les raisons familiales qui poussent les seniors à quitter l’Hexagone, la Terre Promise leur offre de nombreux avantages : climat, qualité de vie (communautaire, culturelle, sociale), moindre coûts des appartements, activités, réductions diverses, etc. Israël devient ainsi un petit paradis pour ceux qui perçoivent leur retraite en euros. Comment procéder ? Il existe des accords officiels entre la France et Israël.

La première préoccupation des retraités français vivant en Israël est de savoir comment toucher son allocation ? Il faut dire que le choix de venir s’installer en Terre Promise ne remet pas en cause les droits en France. Il suffit d’informer la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) de votre déménagement et de votre nouveau lieu de résidence (un certificat de résidence est généralement demandé).
Le système le plus simple est de percevoir sa pension sur un compte bancaire français et de transférer soi-même l’argent. Mais attention aux commissions élevées prélevées aussi bien par la banque en France qu'en Israël. Il faut se renseigner sur leur montant et négocier des réductions en tant qu’opérations régulières. Quoi qu’il en soit, ces transferts sont payants.
Une autre solution est de retirer de l'argent avec votre carte bleue française. Vous avez droit à un retrait de 500 euros par semaine avec des frais fixes de 7 euros par retrait, quel qu'en soit le montant. C’est une solution facile et avantageuse que beaucoup d’immigrants français pratiquent.
Enfin, depuis 2005, une initiative intéressante a été prise par la direction de l’Autorité de la Poste en Israël. Elle a décidé d'aider les clients du 3e âge ayant fait leur alya récemment et recevant l'argent de leur pension de l'étranger en supprimant toute commission sur la réception de celle-ci. De plus, l'ouverture d'un compte à la Poste et l'activité de celui-ci ne coûtent rien contrairement aux banques dont les frais sont plutôt élevés.
Pour les anciens  fonctionnaires de France, ils jouissent des avantages de ceux vivant à l'étranger par l’intermédiaire des services des 3 consulats français d’Israël (Jérusalem, Tel Aviv, Haïfa). Pour cela, il faut faire une demande auprès de la caisse de retraite française afin qu' elle transfère la pension en Israël. Les démarches durent trois mois environ. Cette solution est très avantageuse car elle assure le versement de la retraite ``à date fixe" (tous les début du mois) au taux de change des chancellerie. De plus, aucune commission bancaire n'est prélevée. Ainsi, en Israël, les ex-fonctionnaires français gardent les avantages liés à leur statut.
Concernant les prélèvement types CSG ou CRDS, si vous n’êtes plus fiscalement domicilié en France, ces taxes ne seront plus prélevées sur votre pension. Quant aux impots, vous continuerez à les payer en France si vous y séjournez plus de 183 jours par an, ou si votre foyer et vos intérêts économiques y sont situés. Dans le cas contraire, votre imposition dépendra de la convention fiscale signée entre la France et Israël.
L’avantage de percevoir une retraite française est bien sûr d’être versée en euros. Le taux de change favorable et le moindre cout de la vie en Israël donne l'impression agréable d'être "riche" et de pouvoir s’offrir ce qui n’est pas toujours possible en France : des cures à la Mer Morte et des séjours dans les palaces d'Eilat pour des prix impensables en France (exemple : 5 jours 4 nuits en demi-pension dans un 5 étoiles d'Eilat pour 230 euros par personne hors saison).

Deuxième préoccupation des retraités : la santé. Là encore, aucun soucis à se faire. Israël n'a rien à envier à la médecine des autres pays développés. Il existe ici tout ce qui existe de mieux dans le monde ! Contrairement à la France dotée d’un seul organisme centralisé, la Sécurité Sociale, Israël propose un système de Koupot Holim, c'est-à-dire de plusieurs caisses-maladies différentes. Suivant son affiliation, chacune procure des prestations générales et spécifiques avec des taux de remboursement qui peuvent légèrement varier suivant le contrat souscrit. Une fois inscrits à l’une d’entre elles, les soins sont prodigués par un médecin relevant de cette caisse. Chaque citoyen doit obligatoirement s'assurer auprès de l'une d’entre elles. Il peut également souscrire une assurance complémentaire qui coûte environ 60 shekels par mois (variable aussi selon les caisses et l’âge). Pour les Français qui perçoivent une retraite en France, les cotisations continuent d'être prélevées normalement et les droits à la Sécurité Sociale française n'est pas remis en cause par l’installation en Israël. Ainsi il est possible, lors de séjours en France, de continuer à se faire soigner dans l’Hexagone en envoyant comme d'habitude les feuilles de soin à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPM).

Pour bien s’intégrer à la vie israélienne, mieux vaut maîtriser la langue, clé de toute bonne intégration réussie. Pour cela, il faut impérativement apprendre l'hébreu. Les oulpanim sont spécialisés pour cela. Ils permettent en plus une vie sociale et collective, de faire de nouvelles connaissances et amis, de partager ses expériences d’alya, d’échanger des conseils pratiques. Ils représentent un pan nouveau de la socialisation en Israël. L’avantage des oulpanim réservés aux retraités est d’y côtoyer des gens du même âge, sans complexe face aux difficultés de la langue hébraïque. Pour certains, c'est si bon de se retrouver sur les bancs de l'école à l'âge de la retraite !
L’inconvénient des oulpanim réservés aux retraités est un rythme d’enseignement plus lent sans impératif de réussite pressant. Du coup, il s’agit plutôt d’un apprentissage récréatif que d’études magistrales.

Les retraités ayant travaillé et cotisé en Israël
Il existe ici 2 sortes de cotisation individuelles : les fonds de retraite (keren pensia) ou les caisses de pension (koupat gemel).
Un fonds de retraite est un plan individuel d’investissement par capitalisation à long terme qui permet de toucher une allocation le reste de sa vie (équivalent à l’épargne retraite en France). Il en existe plusieurs en Israël. Le client peut choisir librement dans lequel cotiser. A l’âge de la retraite, l’épargne est versée soit mensuellement, soit totalement en une fois. En cas de décès, la pension revient au conjoint vivant.
Une caisse de pension est un plan d’épargne privé à moyen ou long terme qui donne droit à des réductions d’impôts. Un versement mensuel minimum est définit par la caisse elle-même. L’argent est investi en bourse, dans des placements diversifiés. Les bénéfices de la caisse sont ensuite partagés entre les cotisants à hauteur de leurs parts. Israël compte plusieurs caisse de pension parmi lesquelle le cotisant peut préférer investir. Ce dernier peut toucher son capital 6 mois après la date de sa sortie en retraite, de sa démission ou de son licenciement. Le senior quant à lui peut toucher l’argent sans impots dès 60 ans à condition d’avoir cotisé minimum 5 ans. Les frais de gestion se montent à 2% par an.
Le nouveau système des multi-fonds de pension permet aux fonds de retraite de proposer des programmes financiers variés selon les différentes classes d’âge. Chaque option diffère. Ainsi, la part bénéfice/risque varie suivant le choix. Le but est d’optimiser l’épargne suivant les priorités de chacun.

Après les réformes de 1995 et 2003, les fonds de pension ont été mis hors circuit bancaire. Ils n’ont plus été assurés par le gouvernement mais ont inversi leurs avoirs sur le marché des valeurs pour les faire fructifier. L’avantage a été une meilleure gestion, l’inconvénient, la dépendance aux marchés financiers. Du coup, pour faire gagner des bénéfices à leurs clients, les fonds de retraites doivent prendre des risques car en économie, il n’y a pas de bénéfice sans prise de risque.
En novembre 2008, le Ministère du budget et la Banque d’Israël ont décidé de renforcer les décisions financières prises par le gouvernement Olmert pour sécuriser les fonds de retraite. Les seniors visés par ce plan sont ceux ayant atteint 60 ans et ceux disposant de faibles revenus. Ce plan partiel bénéficie donc en premier lieu aux retraités pour leur assurer un minimum décent. Il constitue un programme socio-économique important en assurant les économies des plus pauvres investies dans les fonds de retraite, un revenu minimum à l’âge de la retraite et des bonus pour les économies de retraite.
Il existe déjà un filet de sécurité concernant les caisses de retraites qui proposent des options solides parfois même sans aucune prise de risque. Cette solution permet un revenu convenable au fil des ans sans pertes dramatiques du capital même en cas de crise. Chaque retraité peut demander à sa caisse israélienne de changer de plan pour un plus sûr selon son choix.
Pour les fonds plus anciens (avant 1995), l’argent qui a été investi est sécurisé par le gouvernement et n’ont donc pas subi de pertes.

Un retraite heureuse et active
Pour tous les retraités d’Israël, il existe de nombreuses réductions. Les mairies octroient à chacun d’entre eux une carte ‘’pensionnaire’’ permettant les rabais suivants : - 50% sur la redevance TV, les transports en commun, les spectacles et dans les parcs nationaux et - 30% sur la taxe municipale (arnona).
Il existe également des maisons de la culture dépendant des mairies, les matnasim, présentes dans tous les quartiers. Elles offrent une grande diversité d'activités aussi bien sportives que culturelles pour des prix modiques.
Enfin, pour les retraités actifs, désirant faire partager leur expérience et leur temps, en faisant "quelque chose pour le pays", il existe le volontariat civil. Cela permet de participer à la vie locale et de s’intégrer à la société israélienne en la découvrant de l’intérieur. Les formules de volontariat sont aussi nombreuses que variées. Il n’y a que l'embarras du choix : armée, police, hôpitaux, resto du coeur, handicapés, musées, etc. Ce volontariat donne un nouveau sens à la retraite. Ici, le troisième âge n’est pas rejeté de la société. Il en est une composante importante qui participe encore à son développement et à sa cohésion.


Noémie Grynberg 2009

30 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (22)

azoulai
  • 1. azoulai | 15/06/2008

C'est très bien

Nicole Allio
  • 2. Nicole Allio | 10/02/2009

J'aimerais voir une partie de votre article s'intéresser aux retraités qui viennent du Canada et y faire la même analyse que pour les Français.
Un grand merci!

PHILIPP Elisabeth
  • 3. PHILIPP Elisabeth | 16/06/2010

je ne savais pas qu'on pouvait s'installer ailleurs que dans l'UE à la retraite. Merci de me l'avoir appris.
comment peut-on trouver un appartement en Israël ?

brigitte
  • 4. brigitte | 17/06/2010

bonjour,
Ici il est fait allusion a des retraites déja bien a l'aise mais tous les francais ayant travaille en France n'ont pas tous une bonne retraite il y en qui en ont une petite alors ceux la personne ne les cite ni ne leur donne la marche a suivre ici en Israel, car ceux la aussi ont des droits merci de les informer un peu plus.

athuil
  • 5. athuil | 19/12/2010


Bonjour Mme Noémie Grynberg,

Votre site qui comporte toutes ses supers informations sont simplement fantastiques d'une très grande utilité et pour bien faire d'une façon ferme et définitive en Israël. Merci à vous pour toutes ces informations.
Bien cordialement.
Marc athuil et toute sa famille.

yaacova
  • 6. yaacova | 27/05/2011


L'article est bien fait. Moi qui suis retraitée fonctionnaire et qui désire ardemment aller vivre en Israël, j'ai ici les premiers éléments qui me rassurent beaucoup. Je retrouve mes racines juives avec beaucoup d'Amour et d'émotion, et j'espère que grâce à D.ieu, mon projet se réalisera:61

chemama
  • 7. chemama | 29/08/2011

Je suis retraité de la ratp et je réside en israel depuis le 12 juillet 2011.Je paie mes impots en France. Est-ce que la RATP est signataire de la convention fiscale entre la France et Israel et dans ce cas puis-je bénéficier de l'article 18 et payer mes impots dans le pays de résidence en qualité de nouvel immigrant en Israel. Merci.

badr
  • 8. badr | 27/12/2011

aide mois pour etre riche

SERRAF Marlène
  • 9. SERRAF Marlène | 18/02/2012

pouvez-vous me donner des adresse de residences sénoirs ou maisons de retraite à TEL AVIV et JERUSALEM pour personne autonome
merci

prudence mater
  • 10. prudence mater | 12/03/2012

je suis retraitée de l'enseignement et j'ai l'intention de venir vivre en Israël dès que mon fils s'y installera mais je ne suis pas juive et je ne sais pas si les conditions d'acceptation sont les mêmes que pour les juifs faisant leur alya . y aura t il des difficultés pour le suivre ,sachant qu'il veut et va se convertir ?
merci de me répondre

HALFON
  • 11. HALFON | 16/06/2012

Je suis un homme seul de 72 ans, retraité et je souhaite vivre la dernière partie en Israël. Comment faire une allyia, sachant que je n'aurai d'autres moyens que de vivre dans un appartement en location. Je suis allé à l'agence juive de paris et je n'ai pas eu de renseignements satisfaisants. A mon âge, il est difficile d'accepter un bail d'un an seulement, et être susceptible de quitter le logement souvent. Pourrez-vous m'éclairer pour m'aider ? Merci.

Wooveapeimpaw
  • 12. Wooveapeimpaw | 30/08/2012

Hi nice site

halimi
  • 13. halimi | 02/09/2012

Bonjour Noémie :j'ai une sœur âgée de 72 ans(20 avril 1940)Handicapée mental je voudrais la voir finir sa vie dans une maison de retraite adaptée à son handicap nous avons fait avant sa mort le serment à notre mère de la garder avec nous mais
Suzanne 87 ans David 81 Georgette 77 moi 75 Liliane handicapée est la plus jeune pouvez-vous nous aider à solutionner ce Problème ? Par avance Merci beaucoup

ANDRE SIMON
  • 14. ANDRE SIMON | 19/10/2012

JE DESIRE A TEL AVIV TROUVER UNE PENSIOn OU MAISON DE RETRAITE
J'AI 89 ANS VALIDE ET BONNE TETE ISRAELI ET FRANCAIS
DONNEZ MOI DES ADRESSES POUR tROUVER LE LIEU IDEAL

halimi
  • 15. halimi | 29/10/2012

Pourquoi vous répondez pas aux questions que je vous pose ??? Y-a-t-il oui ou non une maison de retraite médicalisée pour retraitée déficient mentale ??? si oui s.v.p. donner moi adresse et numéro de téléphone pour me mettre en rapport avec !!! Merci et Salutations /// Jeannot

ktourza
  • 16. ktourza | 13/11/2012

Je suis retraite si on garde son compte bancaire en france et on debite son argent en israel comment faire pour avoir les releves bancaire

saiagh roland
  • 17. saiagh roland | 02/12/2012

Madame
j'ai travaille en france durant pres de 12ans (dont pres de 7 ans comme medecin generaliste liberal ) avant mon alyah en juillet1982 -Depuis cette date jexerce jusqu'a ce jour la medecine de famille en tant que medecin independant pour les koupot holim macabi et meuhedet-En juin 2012 j'ai eu 65 ans et depuis j'ai entrepris les demarches necessaires pour recevoir la retraite a laquelle j'ai droit de France -Le malheur est que le bitouah leumi en Israel (קשרי חוץ )ne reconnais pas pres de 20 annes de cotisations en tant qu'independant sous pretexte que l'accord franco israelien ne concerne que les salaries en Israel et non les independants (c'est a dire que le juif francais qui fait son alyiah aujourd'hui de France et qui a cotise en France pres de 20 ans -ne peut travailler que comme salarie en Israel pour que les annees de travail en Israel lui soient reconnues dans la comptabilisation des points de retraite de France -si c'est le cas il est urgent que la Soukhnout informe en toute honnetete les francais potentiellement immigrants en Israel )
Jusqu'en 2010 cette interpretation de la convention n'existait pas du tout ,mais depuis qu'il y a eu une "nouvelle equipe" au קשרי חוץ du bitouah leumi a Jerusalem c'est autre chose
Que faire ??
Merci d'avance de bien vouloir m'eclairer sur ce sujet

koskas  andre
  • 18. koskas andre | 31/12/2012

j ai lu votre article sur le journal hamodia concernat les contenaire habitation je suis interresse pouvait me transmettre les coordonnees telephonique de ses personnes qui font cela pour eventuellement faire acquisition merci et dans l attente de votre reponse

sarleb
  • 19. sarleb | 06/05/2013

Bjr Madame,
Concerne votre article de 2009 sur Israel terre promise pour les retraités français. Je serai en retraite en oct 2013 et ferai mon alya en 2014. Vos conseils sont-ils encore appliquables à ce jour, car beaucoup de choses changent en France cepuis mai 2012 ...
Pouvez-vous m'éclairer sur la réalité en 2013 concernant : le paiement de la pension française en israel, domicialiation définitive en israel vs déclaration des impôts, convention fiscale France/Israel.
Merci par avance.
Sarah

esther naar
  • 20. esther naar | 05/08/2015

pouvez vous nous renseigner sur les impots en France dans le cas d'une alya
en israel
merci

gherabli

Votre commentaire est interessant ,cependant il existe aujourd hui d'autres solutions.En tant que nouvel immigrant (Ole hadash) ou autre cas, vous pouvez passer par des societes privees qui font le meme travail que les banques mais pour beaucoup moins cher.Avec l avantage que cette argent n est pas investie mais uniquement transferee puis changee en NIS(Shekel) et placee sur votre compte ou un compte quelconque en israel .
Personnellement je connais une societe qui travaille avec la banque mizrahi de tel aviv et qui a des taux ultra competitifs.(Fx-ISRAEL:www.fx-israel.com).
Pour comparer au taux pratiques par la poste israelienne(BANK HADoar).qui est censee etre la solution la moins onereuse.La poste vous enleve sur le taux moyen environ 7centimes israeliens(Agourot) par euro echange Concretement,en prenant l exemple d un taux euro/Shekel de 4.351(Pour 1 euro vous avez 4.351 shekel) la poste ne vous donnera que 4.581Shekels.
La societe Fx israel ne prendra que 3.6 centimes israeliens et plus la somme echange est grande moins vous serez taxes.(differents taux en fonction de la somme transferee et echangee)
Alors pour une somme consequente les differences peuvent etre grandioses et vos economies seront consequentes.
Cette societe soccupe aussi de payer en israel votre avocat notaire etc sans aucun frais supplementaire.
Vous pouvez egalement lui fixer un taux en dessous duquel elle ne changera pas votre argent.
Bref arretons de passer par les banques ,il existe d autres solutions

Atlan
  • 22. Atlan | 28/03/2016

Bonjour Madame,

Etant juif avec mon épouse, peut on prendre sa retraite en Israël sans passer par l'Alya? notre dossier a été refusé parce que nous ne participons à aucune communauté religieuse.

Merci de votre réponse et bravo pour ce site instructif.

W A

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×