Jeunesse juive de France

Les mouvements de jeunesse présentent une structure essentielle d’éducation juive informelle pour les jeunes. A travers leurs activités, ils offrent aux jeunes des valeurs tournées vers le judaïsme et Israel. Même si chaque mouvement revendique une orientation idéologique spécifique, ils entretiennent tous un lien plus ou moins fort avec la tradition et le sionisme. Un passage obligé pour les jeunes qui se sentent attirés par les responsabilités communautaires et plus tard, par Israel[1].

De prime abord, on constate que le noyau de la communauté juive de France est constitué de Juifs qui fréquentent régulièrement les institutions communautaires telles que : écoles juives, mouvements de jeunesse, synagogues, etc. Celles-ci semblent s’être particulièrement élargies aujourd’hui.
Le système de l’école juive en France met l’accent sur l’hébreu et les différents aspects de la vie moderne en Israel.
Certains programmes proposés, soit par les mouvements eux-mêmes, soit par l’Agence juive, offrent aux jeunes la possibilité de renforcer leur lien avec Israel et de mieux découvrir tous les aspects du pays. L’objectif pédagogique vise à rapprocher les participants de la tradition et du peuple juif, à renforcer le sentiment religieux et ethnique. Ces dernières années, l’accent est davantage mis sur le renforcement du soutien à l’Etat d’Israël. Ainsi, ces programmes (comme Israel Experience ou Taglit) donnent aux jeunes les outils leur permettant de mieux affirmer leur identité et de se situer par rapport aux problèmes qu’elle peut entraîner. La lutte contre l’assimilation et la perte d’identité juive est devenue une des priorités en Diaspora. Envoyer les enfants visiter Israël est un des principaux moyens pour lutter contre ce fléau.

Ces séjours d’été en Israël constituent en effet une des étapes du parcours éducatif juif comprenant la fréquentation du Talmud Thora, de l’école juive, de mouvements de jeunesse ou des camps de vacances. Les jeunes qui y participent sont donc surtout recrutés dans le noyau de la communauté juive. 95% d’entre eux ont en effet suivi un Talmud Thora ou milité dans un mouvement de jeunesse. Les jeunes prenant part à ce programme représentent 14,2% du public ciblé en France. 82% des participants ont déjà visité Israel au moins une fois ou plus précédemment.

L’évaluation de ces séjours nous renseigne sur la jeunesse juive de France, ses valeurs, son identité, ses rapports au sionisme et à Israël.
La relation à Israël se définit par l’identification de groupes ethniques à une patrie ancestrale, que la majorité de leurs membres y vivent ou non. Même pour les descendants d’immigrants sans intention de retour à leurs ancêtres, le pays d’origine, la participation à des événements apparentés à leur pays d’origine est une marque d’identification ethnique. Une patrie est un endroit qui instille un sentiment que la terre appartient à un groupe ethnique et qu’il lui appartient. La création de l’État d’Israel a fait de la question de la relation à une “patrie” un des aspects majeurs de l’identité juive contemporaine. Ainsi pour 94% des jeunes juifs ayant participé aux voyages, Israel et ses symboles (Tsahal, Jérusalem, Massada, le Mur Occidental) représentent une part importante de leur identité et de leurs valeurs.
Mais ce lien n’est pas uniquement déclaratif : 82% annoncent avoir de la famille en Israel
[2].
Un autre indicateur intéressant montre la proximité des jeunes Juifs de France avec l’Etat hébreu. A la question ‘’Si vous deviez renaître’’, 55% ont répondu vouloir renaître Juif en Israel[3]

Voyages en Israel : renforcement du sentiment sioniste[4]
Les programmes d’Israel Experience durent de une à huit semaines. Les participants sillonnent le pays du plateau du Golan au nord jusqu’à Eilat au sud. Les groupes comptent entre 30 et 50 participants âgés de 14 à 18 ans. Ils sont encadrés et accompagnés par une équipe de moniteurs mixtes, israéliens et français.
L’impact du séjour en Israel est significatif. 56% des jeunes déclarent qu’il a renforcé leur identité juive, 36% qu’il a développé leur identité spirituelle. 59% pensent qu’Israel est effectivement le foyer national juif.
Les motivations du voyage sont idéologiques. 77% de jeunes y participent pour l’intérêt pédagogique qu’il présente. 33% pensent que c’est une mitsva (commandement positif) de venir en Israel. Ainsi, seuls 18% des participants avouent avoir rejoint le programme pour casser la routine scolaire ou pour visiter un pays étranger. Ce qui n’empêche pas 62% des jeunes de reconnaître avoir passé du bon temps lors du séjour. En tout cas, le voyage semble avoir un effet positif puisque 94% des jeunes souhaitent revenir visiter Israël.
Dans l’évaluation du programme, l’enquête analyse les différentes étapes du voyage qui ont le plus plu. Dans l’ordre de préférence décroissant : 77% le sud du Néguev ; 73% Jérusalem ; 71% la Galilée du nord ; 54% Eilat ; 53% le Shabbat organisé ; 45% Tel-Aviv.
Enfin, la satisfaction par rapport au programme du Kibboutz est toute relative : 27%.
Quant aux programmes d’Exodus (traversée en bateau entre Marseille et Haifa), de la Gadna (préparation à l’armée), de volontariat et de Bar-Mitsva, ils n’ont rencontré que peu de satisfaction avec respectivement 25%, 20% 15% et 6%.

Le programme change-t-il la perception qu’ont d’Israel les jeunes Juifs de France ?
Tous les aspects de la vie israélienne, de ses problèmes, conflits ou réalité quotidienne ont été abordés au cours du voyage. Les jeunes ont pu avoir ainsi une vision plus large de la société israélienne dans son ensemble.
Pour 44% d’entre eux, leur compréhension du problème israélo-palestinien s’est améliorée et pour 49 %, celle du problème lié au processus de paix. 59% des jeunes affirment mieux comprendre la société israélienne après avoir été en contact avec elle.
Israel Experience n’intervient pas uniquement au niveau de la conscience politique des jeunes. Elle agit également au niveau identitaire de chacun. Pour 63%, leur identité juive a été renforcée. De là, la question des mariages mixtes, un des soucis majeurs de la communauté juive, surtout chez les jeunes en âge de se marier. Pour 19% des jeunes, leur position face à ce problème s’est affirmée. Par contre, pour 47% d’entre eux, le voyage n’a pas influencé leur attitude vis à vis de l’exogamie.
53% des jeunes ont mieux compris les relations entre Israel et la communauté juive de Diaspora. 45% d’entre eux ont également mieux compris l’importance de la Shoah par la visite notamment du musée de Yad Vashem à Jérusalem.
Les jeunes à 33% ont aussi pu mieux envisager la situation des nouveaux immigrants.
Globalement, le taux de satisfaction du programme est impressionnant : il atteint 94%. Les jeunes sont 80% à le recommander.

Historiquement, la communauté juive de France s’est toujours sentie très proche d’Israel. Ce lien s’exprime à divers niveaux : identitaire, ethnique, religieux, idéologique, touristique et plus concrètement familial.
Les jeunes Juifs de France qui n’échappent pas à cette tendance
représentent un réel potentiel humain pour l’avenir d’Israel. Les mouvements de jeunesse et les programmes de découverte du pays se révèlent être les véritables viviers des futurs candidats à l’immigration. Espérons que l’engagement communautaire des jeunes et leur déclaration d’intention à l’égard d’Israel seront bientôt concrétisés et qu’ils viendront prochainement rejoindre les forces vives d’un pays qui compte sur leur motivation et leur enthousiasme.


Noémie Grynberg 2004


--------------------------------------------------------------------------------

[1] D’après les enquêtes menées par le Docteur Erik H. Cohen, sociologue
[2] Etude sur la jeunesse juive de France de 1993 à 2004, (Erik H. Cohen)
[3] Idem
[4] Idem

5 votes. Moyenne 2.40 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 20/08/2012