« Si les Juifs quittent l’Europe, ce sera une catastrophe économique »

Au regard de l’Histoire, peut-on faire un parallèle entre la sortie d’Egypte à Pessah et le départ massif des Juifs d’Europe aujourd’hui ? Quel impact aurait réellement un tel exode sur l’économie du Vieux continent ? Fiction ou réalité ? Les avis sont partagés.

De tout temps, les Juifs ont contribué à l’économie et à la prospérité des contrées dans lesquelles ils se sont établis. Depuis l’Egypte où ils participèrent forcés à l’essor des villes de Pitom et Ramsès, en passant par leur rôle actif dans la vie sociale et économique de l’Empire romain, leur engagement dans le commerce international au temps des wisigoths, leur contribution à la vie économique du haut Moyen Âge dans le royaume des Francs, leur influence à l’âge d’or espagnol, jusqu’à leur implication à l’ère industrielle. Les Juifs ont tenu une place importante dans l'édification de l'économie moderne, participant au développement du libéralisme. Ainsi en Europe, depuis le 19e siècle, ils sont présents dans les domaines bancaires, financiers, productifs et commerciaux. A partir de la seconde moitié du 20e siècle, ils ont massivement investi les champs de la médecine, de l'ingénierie, de la technologie, des médias, de l'université, du monde artistique et du divertissement. Par contre, ils paraissent relativement sous-représentés dans l’artisanal. Dans ce secteur secondaire, ils sont surtout actifs dans les branches alimentaires et de l’habillement. Baromètre historique de la santé d’un pays, qu’adviendrait-il aujourd’hui si les Juifs désertaient le Vieux continent, poussés dehors à cause de l’antisémitisme qui y sévit de plus en plus ? Le 21 janvier 2015, dans un discours tenu à Bruxelles, le Vice-président hollandais de la Commission Européenne, Frans Timmerans, a reconnu l’augmentation de l’antisémitisme et dit qu’un exode massif des Juifs représenterait un véritable défi pour le cœur même de l’intégration économique européenne. « On peut parler jusqu’à la fin des temps de l’Euro, des marchés intérieurs, de n’importe quelle initiative que nous prenions », a-t-il déclaré, « mais si la valeur fondamentale de la société européenne pour qui chacun a sa place, quel que soit sa foi, son origine, sa race, ses choix en société – si elle est remis en cause, nous devons alors répondre à ce défi par une politique qui apporte de l’espoir et des perspectives à quiconque vit dans la société européenne ». Sur ce, le 10 mars dernier, Moshe Kantor, le président du Congrès juif européen (CJE) a lancé un avertissement. « Si les États européens n’agissent pas maintenant contre l’antisémitisme, ils vont droit vers une crise économique majeure. Tous, sans exception. » « Sur les trois millions de Juifs qui vivent en Europe, au moins un million sont des hauts cadres ou des jeunes très actifs. S’ils partent, ce sera une catastrophe économique pour l’Europe en général parce que certains soutiens non juifs s’en iront avec les Juifs. C'est beaucoup d'argent et ces flux d'argent vont quitter l'Europe, ainsi que les entreprises », a-t-il soutenu. « Cette minorité va partir si les autorités n’accomplissent pas réellement quelque chose », a-t-il ajouté. « Si les autorités n'offrent pas de vrais gestes, je pense que ce sera le déclencheur d'une crise économique très, très importante en Europe et dans tous les pays, tous les grands pays », a-t-il annoncé. Kantor, oiseau de mauvais augure ?

Interrogé, Jean-Marc Moskowicz, Président d'Europe-Israël explique qu’en fait, il parait difficile de pouvoir évaluer l’impact qu’aurait un exode massif des Juifs sur l’économie européenne. En France, les données chiffrées sur leur place dans l’économie est formellement interdit. Mais ce que l’on sait, poursuit Moskowicz, c’est que le salaire moyen des Juifs est généralement supérieur à la moyenne nationale. On sait également qu’ils participent activement à l’économie du continent. Bien que le chiffre soit difficile à estimer, beaucoup d’entre eux se retrouvent dans les professions libérales : médecins, avocats, entrepreneurs. Même plus. Pour Jacques Sapir, économiste, Directeur d'études à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (CEMI-EHESS) de Paris, il y a une surreprésentation de ces professions par rapport à la taille des communautés. Pourtant, selon lui, elle n’aurait pas un effet de masse suffisant pour créer un manque d’avocats ou de médecins en cas d’exode. Il n’y aurait d’ailleurs plus d’activité totalement déstabilisée si les Juifs devaient partir, insiste Sapir. Car aujourd’hui, nous ne somme plus dans le macro-économique mais dans l’individuel, explique-t-il. A l’opposé, Moskowicz soutient qu’une alya massive impacterait l’économie européenne. Citant la confidence d’un concessionnaire de voitures marseillais, Moskowicz illustre son propos : « Le jour où les Juifs quitteront la France, Mercédès et BMW déposeront le bilan » s’est-il entendu dire. Le Président d'Europe-Israël pense donc que les déclarations de Kantor se montrent très réalistes. Il croit que cela peut et même va arriver car « la situation des Juifs en Europe ne risque pas de s’améliorer à court terme ». Et pour cause. « Il n’y a pas de mesure contre l’islam radical en Europe. La situation va devenir invivable comme à Malmö en Suède, pourtant un pays calme, où il n’y a plus de Juifs. Malheureusement, les gouvernements des différents pays européens ne font pas grand-chose ». Que les Juifs quittent le continent, « C’est inéluctable, sauf si des mesures draconiennes sont prises. Mais je vois mal l’Europe prendre des mesures contre l’immigration massive d’Afrique du Nord et d’Afrique et pour la fermeture des frontières. L’immigration va continuer. » Le problème ne vient pas de l’immigration en-soi mais de ce que « ces gens (pas tous) transportent avec eux une idéologie de l’islam radical importée en France », voire en Europe. « Je vois mal un mouvement qui va stopper cela. Il faut essayer de mobiliser les gouvernements » poursuit Moskowicz. « Depuis 5 ans, nous les alarmons sur l’islam radical, sur le danger de cette frange minoritaire. A l’époque, on nous a traité de racistes et d’islamophobes ». A contrario, le Directeur d'études de l’EHESS juge que la déclaration de Kantor relève d’une « volonté de provoquer une réflexion car en réalité, l’impact serait minime ». Mais il est bon de poser le problème, dans les termes du Président du Congrès juif européen : « avez-vous imaginé ce que représenterait un nouvel exode des communautés juives qui vivent en votre sein ? » Quoi qu’il en soit, pour Sapir, il ne peut y avoir de conséquence économique ne serait-ce qu’à cause de la taille des communautés qui sont beaucoup plus faibles qu’au début du siècle. Celles qui restent n’ont plus de poids très important. Donc « l’argument économique ne tient pas mais l’argument culturel est plus réaliste ». Par contre, un antisémitisme de type nazi et ses menaces de morts qui exigeraient une autre émigration aurait « des conséquences sur l’imaginaire culturel tout à fait considérable. On pourrait parler de tremblement culturel. C’est pourquoi cela n’arrivera pas » confie Sapir. Pour ce dernier, l’interrogation au sujet d’un possible départ semble donc plus justifiée dans le domaine culturel qu’économique. Car selon lui aujourd’hui, il ne s’agit plus « d’un problème politique comme dans les années 20. Cet antisémitisme là n’est pas d’actualité. » Par conséquent, Jacques Sapir minore les propos de Kantor. Pour lui, il convient de savoir quelles seraient les communautés les plus susceptibles de partir. Cela revient à se demander qui est considéré comme Juif, suivant la définition restrictive (celui qui pratique, le croyant), soit 200 à 300.000 personnes en France ou l’extensive (celui défini par les antisémites, celui qui a des grands-parents juifs ou celui d’ascendance juive), soit 1,3 à 1,5 million. Selon la définition, on arrive à un rapport de 1 à 4, voire 5. Sur cette question de savoir « qui est Juif », les deux interviewés se rejoignent, même si leurs chiffres divergent. D’après Moskowicz, dans l’Hexagone, « sur les 500.000 Juifs que compte la communauté, seuls 120.000 sont impliqués dans la vie communautaire ou religieuse. Le reste est assimilé ou contracte des mariages mixtes ». Aussi, ce problème de définition empêche-t-il une discussion sérieuse pour Sapir. En fait, la place des Juifs dans l’économie européenne dépend du pays. Par exemple, le commerce du diamant à Anvers (Belgique) serait très durement touché si les Juifs quittaient la ville. Pourtant, ce secteur tenu par les orthodoxes, n’est pas très important économiquement. Malgré tout, un hypothétique départ des Juifs du Vieux continent ressemblerait-il à celui des enfants d’Israel sortant du pays d’Egypte, emportant avec eux de grandes richesses ? « Oui, on peut voir un parallèle » admet Moskowicz. Pourtant, « On dit dans la Tora que seul 20% des Juifs ont quitté l’Egypte. Ce sera pareil pour l’Europe ».

 

Noémie Grynberg 2015

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/05/2015

×