Sophie Morgenstern, pionnière de la psychanalyse infantile

Morgenstern sophieVoilà près d’un siècle que grâce à Sophie Morgenstern, une des premières psychanalystes pour enfant, le dessin est utilisé dans l’approche thérapeutique des jeunes. Depuis, cette méthode s’est généralisée. Alors pourquoi la spécialiste à l’origine de cette révolution a-t-elle peu à peu glissé dans un oubli injustifié ?

Membre de la Société Psychanalytique de Paris, Sophie Morgenstern s’est attachée durant sa carrière, à l’étude du caractère de l’enfant à travers ses dessins. Pourquoi spécialement le dessin ? Parce que de 3 à 12 ans environ, le jeune se trouve souvent dans l’incapacité de décrire par le langage ce qui se passe en lui, d’autant plus s’il est très petit. Sans compter que le dessin devient une évidence dans les cas où l’enfant ne parle pas du tout par exemple. De ce fait, on ne peut utiliser la parole comme avec un adulte. Le dessin, comme le jeu, se révèle alors l’équivalent chez les juniors du langage verbal chez les grands. Il a une fonction de libération communicable à autrui. Il permet à l’enfant de commencer à mettre à distance son vécu, de le rendre plus objectif et progressivement d’en parler au thérapeute. Son emploi comme outil de médiation va donc aider, au travers de la description du petit, à élaborer une compréhension des causes de ses symptômes. Par ce travail, Sophie Morgenstern apporte une contribution fondamentale et essentielle à la psychanalyse des enfants en apprenant à les faire parler en confiance.

Le dessin au cœur de la cure psychanalytique infantile
Sophie Kabatschnik, née à Grodno (Pologne) en 1875 dans une famille juive, commence ses études de médecine à Zurich (Suisse) en 1906. En 1912, elle présente sa thèse. Entre-temps, la doctorante se marie avec Abraham Morgenstern. En 1915, Sophie Kabatschnik-Morgenstern travaille comme médecin assistant à l'asile Burghölzli de Zurich jusqu’en 1923. Puis, elle part s’établir en France en 1924. Dès 1925, la praticienne se voit recrutée dans le service d’une clinique infantile de neuropsychiatrie à l'Hôpital Vaugirard de Paris. Elle devient auxiliaire bénévole et à partir de 1926, la première dans l’Hexagone à pratiquer la psychanalyse des enfants. Sophie Kabatschnik-Morgenstern est aussi la première à utiliser avec eux le dessin dans l’approche thérapeutique pour en développer ensuite une théorie scientifique. Pionnière, elle étudie la façon dont les petits dessinent, produisant ainsi une analogie entre le jeu, le dessin et le rêve. Avec la publication en 1927 de Un cas de mutisme psychogène, Sophie Morgenstern décrit le dessin comme modalité centrale de la thérapie des enfants, objectif principal de sa recherche tout au long de sa pratique. Elle montre que chez les juniors, le jeu et le dessin renferment une valeur expressive qui dépasse celle du langage. Derrière ces modes d’expression prélogique, la thérapeute note que la pensée du jeune diffère de celle de l’adulte. Pour elle, le dessin possède une fonction de sublimation dont l’interprétation générale demeure valable pour tout matériel symbolique. De plus, il renferme une valeur projective. De la sorte, Sophie Morgenstern établit d’une manière systématique, une symbolique des éléments récurrents qui apparaissent dans les dessins, en leur donnant un sens univoque. Le déchiffrage des récits imaginaires Dessin enfantpermet ainsi de comprendre l’inconscient du petit. Morgenstern introduit par là le débat concernant la neuropsychiatrie infantile. Elle insiste sur les angoisses de castration, les préoccupations orales ou anales des jeunes. La spécialiste montre les fondements réels du déterminisme sexuel de certains troubles de la petite enfance c’est-à-dire faire reconnaître chez le jeune l’existence d’un conflit psychique, à manifestation fonctionnelle et organique, tout comme à facteur sexuel. Morgenstern pense que l'enfant névrosé partage la même structure et les mêmes origines que la névrose des adultes mais la plus grande malléabilité du surmoi infantile facilite la résolution des conflits. Elle estime par conséquent que la psychanalyse s’avère plus aisée et plus rapide chez l’enfant que chez l’adulte car les antagonismes qui déterminent les troubles sont relativement récents et le refoulement n’existe presque pas.
Avec les enfants plus âgés, la praticienne utilise également la modélisation et l'association libre. Elle développe par ailleurs des thèses sur les relations enfants-parents.
Entre 1927 et 1939, Morgenstern publie une quinzaine d’articles dont Quelques aperçus sur l'expression du sentiment de culpabilité dans les rêves des enfants (1933) et un livre Psychanalyse infantile, Symbolisme et Valeur clinique des créations imaginatives chez l'enfant (1937). Avec ses contributions à la Revue française de psychanalyse et à L'Évolution psychiatrique, ses pairs reconnaissent l'importance de son travail qui se base entièrement sur une lecture approfondie de Sigmund Freud. L’œuvre et l’action de Sophie Morgenstern influencent de nombreux thérapeutes et toute une génération de futurs analystes d’enfants dont Françoise Dolto qui devient sa plus illustre élève.

De la novation à la tragédie
Mais le drame touche de plein fouet la psychanalyste. D’abord, son mari Abraham Morgenstern décède. Ensuite, Laure, sa fille unique, égyptologue unanimement reconnue comme extrêmement intelligente et promise à un avenir brillant, succombe à une intervention chirurgicale en 1937. Sophie Morgenstern plonge alors dans une insondable souffrance. La praticienne perd le gout de vivre. Enfin en juin 1940, peu avant que les troupes allemandes n’entrent dans Paris, Sophie Morgenstern décide de mettre fin à ses jours. Le décès de Laure et son propre statut d'émigrée juive polonaise contribuent sans doute à son suicide. Mais au-delà de sa disparition, elle laisse derrière elle un héritage qui a permis une réelle percée dans la compréhension et la thérapie des névroses infantiles. Légitimes et pertinents, ses écrits méritent aujourd’hui d'être remis en lumière.


Noémie Grynberg / Israel Magazine 2014

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/11/2014

×