Etat de crise

Vue le blocage de la situation, une commission spéciale prône la déclaration de l’état d’urgence dans le pays. Apparemment certains hauts dirigeants auraient mésestimé les difficultés nationales et n’auraient pris aucune disposition solide pour les éviter. Afin d’en accélérer le traitement, il faudrait donner au premier ministre les pleins pouvoirs qui lui permettraient de remédier à la gravité du péril. Si ce n’est que ça, on peut dormir tranquille. Il n’a qu’à sortir l’artillerie lourde. Ce ne sera pas la première fois. Comment ?, il ne s’agit pas ici de problème sécuritaire ? pourquoi, y en aurait-il d’autres ? Ah oui, on l’avait presque oublié celui-là : le spectre de la sécheresse. En tout cas, pour ce coup-ci, on peut dire que le gouvernement est déjà sur le pied de guerre. Le bon, espérons.


Noémie Grynberg 2002

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.