La langue bien pendue

Une coalition nationale aussi large qui tient depuis 8 mois, ça s’est rarement vu. C’était trop beau pour durer. Voilà que l’écho des premiers couacs sérieux se font entendre, dont ceux notamment de certains ministres (c’est normal) et du chef d’état-major (là, c’est moins normal). Est-ce qu’on lui a demandé son avis à celui-là ? D’ailleurs, il le donne sans qu’on le lui demande. Grosse bourde. D’habitude, l’armée est appelée la grande muette. Mais en Israël, chaque citoyen et à fortiori chaque soldat a son mot à dire dans cette démocratie chahutante. C’est bien connu, tout Israélien a une opinion tranchée sur la situation et une solution toute prête au règlement du conflit. On se demande d’ailleurs comment il ne l’est pas encore avec tous les ‘’hohmologues’’ du pays. Bref, chacun peut prétendre à devenir Premier ministre ou chef d’état-major.Le problème, c’est la hiérarchie. Il est malvenu d’exprimer son opinion personnelle sans avoir demandé au préalable la permission à ses supérieurs, surtout dans le désordre qui règne actuellement dans le pays. La foire d’empoigne qui domine à la Knesset, c’est pas nouveau. Ça fait même partie du folklore et du paysage politique national. Mais si l’armée s’en mêle maintenant, où va-t-on ?

 

Noémie Grynberg 2001

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 25/06/2012

×