On vit des vacances formidables

Cette année, le touriste est une denrée rare et recherchée. S’il était côté en bourse, il atteindrait des sommets et les OPA iraient bon train. Pas de hordes trépignantes, pas de troupeaux en uniforme à l’effigie du voyagiste, pas de petit drapeau ou de coup de sifflet pour rappeler à l’ordre les curieux désobéissants. Non, cette année, pas de folklore estival qui nous fait sourire mais qui nous est économiquement vital.
L’argent triomphe du cœur et la sécurité de la solidarité. Soit. Les estivants ont plutôt choisi de passer leurs vacances sous des cieux moins chers et surtout plus sûrs Mais je vous rassure tout de suite, Israël n’est pas encore la Tchétchénie ou le Kossovo.
Alors, lorsque débarque à l’aéroport un hurluberlu qui a la drôle d’idée de venir passer ses vacances chez nous, (on se demande presque si ce n’est pas par erreur) il a droit aux honneurs. Les caméras de télévision sont braquées sur lui pour le JT du 20 heures et il est interviewé comme une vedette. Ne désespérez pas, chers compatriotes, aujourd’hui a débarqué à Lod UN TOURISTE ! Cela valait bien un passage aux informations.


Noémie Grynberg 2001

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__