Acre : une ville chargée d'Histoire

Ville côtière du nord d’Israël, située à la pointe septentrionale du golfe de Haifa, Acre (Akko en hébreu) est un lieu riche de son passé. Les découvertes archéologiques et les vestiges historiques mis à jour permettent aux curieux d’apprécier ce site unique et de revivre plus de 5000 ans de mémoire collective.

La ville d’Acre et son port sont liés aux grands mythes et événements de l’histoire mondiale et israélienne qui y ont imprimé leur sceau au fil des ans. Ils les ont transformés en un  site multicolore et saisissant. Le fascinant patrimoine de la ville est une rare association entre Orient et Occident, carrefour des religions et des croyances.Ses murailles, ses citadelles et forteresses, ses églises et ses mosquées, tous ces édifices content l’histoire des nombreux souverains qui l’ont bâtie et embellie, qui y ont régné et ont combattu pour la préserver. Acre compte des empreintes laissées par de nombreux peuples et mouvements religieux : cananéens, grecs, romains, byzantins, croisés, mamelouks turcs et britanniques. Ses pittoresques marchés orientaux, ses musées, ses plages et ses installations de sports nautiques, son port de pêche, ses hôtels, ses restaurants et ses festivals annuels colorés comptent aussi au nombre des attractions touristiques de la ville. Une visite à Acre, c’est un voyage vers un riche passé, une expérience inoubliable. 

Un peu d’Histoire

 Le nom d’Acre apparaît pour la 1e fois sur des plaques d’argiles écrites par des rois égyptiens probablement vers la fin du 19e siècle avant l’ère vulgaire. Acre n’est vraiment devenue importante comme ville portuaire et commerçante qu’à l’époque hellénistique. Mais sa grandeur ne s’est révélée qu’à la période croisée. Après la conquête de Jérusalem en 1104 Baldwin 1er réussit à conquérir Acre par la mer, lorsqu’il se lança à son assaut aidé par la flotte génoise. Ensuite, les commerçants de Gènes comme ceux de Venise et de Pise, développèrent leurs propres quartiers. Acre devint le port le plus important de l’est de la Méditerranée et le croisement principal de liaison entre l’Europe et la Terre Sainte.

 La force militaire et gouvernementale d’alors était aux mains des Ordres des Chevaliers ayant fait vœu d’abstinence. Le plus grand et le plus important d’entre eux fut celui de Saint-Jean. Il s’attribua le centre d’Acre et y construisit une énorme citadelle comprenant des châteaux, des églises, des salles, des hospices et des hôpitaux. Les fouilles archéologiques ont permis d’en dévoiler une partie.

 Lors de la 3e Croisade, arrivèrent en Israël l’Anglais Richard Cœur de Lion et le Français Philippe Auguste. Ils conquirent Acre et une partie de sa bande côtière et proclamèrent la ville capitale du Royaume Croisé en 1192. Les 100 années suivantes furent les plus florissantes de la ville et la plupart des bâtiments magnifiques qui ont été découverts appartiennent à cette période.En 1291 Acre tomba aux mains du sultan mamelouk Malek Al-Ashraf. La ville fut dévastée et réduite en cendres par ses conquérants. Durant des centaines d’années Acre devint un bourg délaissé. Ce ne fut qu’à la fin du 18e siècle, sous le règne du Cheik Dahar Al Hamar, qu’Acre retrouva sa floraison. A la même époque, en 1799, Napoléon essaya de conquérir la ville sans succès, malgré un siège de 2 mois et plusieurs tentatives d’assauts.

 Après la conquête de la ville par Tsahal en 1948, une ville nouvelle fut construite à côté de l’antique. Depuis, le vieux Acre s’est développé comme site historique et touristique ce qui permet de découvrir la magnificence que fut la ville croisée. Mille ans s’éveillent à la vie dans ses vestiges de périodes et de cultures différentes.

 

 

 

Acre la touristique

 Chronologiquement, la colline d’Acre de la période cananéenne et les vestiges des périodes hellénistiques romaines sont les plus anciens sites historiques.Acre l’antique est la seule ville croisée conservée du monde. La ville Croisée et ses ‘’salles des chevaliers’’ au nombre de 10, un des sites les plus impressionnants des 183 années de règne Croisé, est construite comme une forteresse dans la ville souterraine. Elle comprend les ruines les plus imposantes nous révélant un système de drainage et de toilettes, une crypte impressionnante et une poste. A la suite de fouilles archéologiques faites ces dernières années, a été découvert le jardin original de la forteresse des Hospitaliers enfoui à une profondeur de 12 mètres en-dessous du jardin de la prison d’Acre.Enfin, on peut voir l’endroit où se dressait le château des chevaliers templiers dont l’effondrement dramatique en mai 1291 sous les coups de l’armée mamelouk, symbolise en fait la fin du règne des Croisés.Le parcours de la ville ottomane commence par sa mosquée Al-Jazzar aux mosaïques et vitraux colorés, construite sur les ruines d’une église. Considérée comme l’une des plus belles d’Israël, sous laquelle se trouvent d’énormes puits d’eau de la période croisée, elle possède également un jardin magique avec des bassins d’eau souterraine.Elle se poursuit par une ballade dans les ruelles du marché aux odeurs puissantes et aux étals bondés d’une profusion de légumes, fruits, pâtisseries, épices, poissons, artisanat, meubles, vêtements sans manquer le luxueux bain turc, maison de plaisirs construit par Al-Jazzar Pacha à la fin du 18e siècle, aujourd’hui musée municipal.

La vieille ville d’Acre s’est longtemps préservée grâce aux murailles majestueuses qui l’entourent. Une promenade longeant celles de la période ottomane permet une vue d’ensemble d’Acre et de ses environs. L’ascension de la tour de la forteresse haute de 40 mètres offre une vue sublime sur toute la ville et ses environs. L’effervescence du port de pêche, vieux de 3500 ans, dans le golfe d’Acre et la promenade de la muraille sud sont des étapes incontournables de ce circuit touristique. Originalité à souligner : faire le tour des murailles par la mer, en barque, à partir de la marina du port. Un centre de plongée a été créé pour les amateurs de spectacles sous-marins. Pour les autres touristes, plages de baignade et de sport nautique sont au programme.Culturellement, Acre compte plusieurs musées dont le nouveau musée Avshalom Hoshki consacré à l’art israélien, mais qui propose aussi des expositions temporaires. Le ‘’Musée de la bravoure’’ reconstitue la prison britannique du temps du Mandat et la chambre des prisonniers clandestins dédiée aux combattants de la liberté d’Israël.A la sortie nord de la ville, il ne faut pas manquer le jardin et le cimetière ‘’Al Bahjé’’ ainsi que le centre bahai et son temple Baha-Allah.

  

 

Plaisirs et confort

Acre est aussi une ville gastronomique. Elle propose une quantité de restaurants variés avec une profusion de mets typiques locaux.Pour une bonne nuit, Acre dispose de différentes possibilités d’hôtellerie et de formules variées de vacances et séjours sur fond de paysage romantique, de mer silencieuse et tranquille.Alors, touristes d’Israël et du monde entier, si vous rêvez de découvertes passionnantes ou aspirez à l’``ordre et beauté, luxe, calme et volupté``, venez partager un instant les fabuleux trésors d’Acre et de son fier passé.

 

 

Israel Magazine / Noémie Grynberg 2002

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×