Beit Shémesh - ville biblique du royaume de Juda

La cité antique de Beit Shémesh est bâtie sur l’emplacement d’un habitat de l’âge de bronze. Son tel s'étend sur une colline peu élevée, située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Jérusalem. Il surplombe la rivière Sorek qui s'élargit là en une vallée fertile. Le nom de Beit Shémesh (la maison du soleil) suggère l’astre célébré comme divinité par les habitants cananéens de la ville ancienne où les adorateurs du feu avaient érigé un sanctuaire. L’histoire biblique de la ville remonte à plus de trois mille ans. Plusieurs fois citée dans la Bible, Beit Shémesh révèle par ses vestiges archéologiques une histoire riche.

Dans les années 1930, des fouilles menées à Beit Shémesh ont mis à jour les vestiges de plusieurs villes successives datant des âges du bronze et du fer. Elles ont dévoilé des ruines des époques cananéenne, philistine et israélite, notamment celles d’un grand temple cananéen, d’une forteresse et d’un monastère byzantin.
Dans les années 60, des stratifications datant de l’ère chalcolithique (IVe millénaire) jusqu’à l’époque de Juda (VIIIe-VIIe avant J.-C.) ont été découvertes. Cendres, moellons, fragments de poterie portent témoignage de milliers d’années d’occupation humaine.
De nouvelles fouilles, débutées en 1990 pour le compte des universités Bar-Ilan, Ben-Gourion et de Tel-Aviv, mettent en lumière les vestiges de plusieurs édifices impressionnants datant de l'âge du fer, indiquant l'importance de la ville. D’autres missions mettent à jour les restes de la ville cananéenne qui a précédé la ville israélite.

Au temps des Juges
Datant du XIIe-XIe siècle avant J.-C., les vestiges d'un grand bâtiment public de deux étages construit en grandes pierres locales et comprenant une vaste cour pavée de pierre, ont été découverts sur un versant du tel. A l'est de ce bâtiment, se trouvaient de nombreux édifices. De grandes meules et des fours en terre témoignent des activités quotidiennes des habitants. Cette ville fut détruite (pour des raisons inconnues) et ses maisons furent enfouies sous une épaisse couche de cendres et de briques.
La poterie utilisée par les habitants de Beit Shémesh durant cette période est de tradition cananéenne et philistine. Mais les os des animaux qu'ils consommaient montrent un régime alimentaire caractéristique des Israélites qui habitaient la colline.


Le Royaume unifié et le Royaume de Juda
Au Xe siècle avant l'ère chrétienne, probablement durant le règne du roi Salomon, Beit Shémesh fut reconstruite à l’aide d’investissements considérables pour servir de centre administratif régional du royaume. La ville fut entourée de fortifications massives faisant partie intégrante de la ville israélite. Son approvisionnement en eau était garanti par un réservoir souterrain. Au centre du quartier résidentiel, se trouvait un grand entrepôt public comprenant plusieurs pièces.
Le principal élément du système de fortifications est une tour constituée de murs très épais. A l'ouest de la tour, un passage secret dissimulé dans la muraille, permettait de s'échapper de la ville. Un mur de casemate partant du côté est de la fortification entourait, semble-t-il, la ville tout entière.
A l'intérieur de la ville, sous l'esplanade, se trouve un grand réservoir souterrain dont le système d'alimentation en eau datant de l'époque biblique est unique en son genre. Taillé dans le roc et enduit d'un plâtre épais, il présente la forme d'une croix. Avec ses 6 mètres de profondeur, il a une capacité de 800 mètres cubes. On peut y descendre par de spacieux escaliers en belles grandes pierres s'enroulant autour d'une colonne. Par l'étroite ouverture située en bas, on pénètre dans le bras nord-ouest du réservoir, qui se remplissait des eaux de pluies recueillies sur la place située au-dessus et dévalant un caniveau situé tout du long. Sous la porte de la ville, ce caniveau se déversait également dans le réservoir.
Dans la partie sud du site, un vaste secteur consacré à l'activité commerciale et à l'entreposage des marchandises, a été découvert. Les bâtiments contenaient des fragments d'innombrables récipients détruits au cours d'un incendie au début du VIIIe siècle avant l'ère chrétienne.
A cette époque, les habitants de Beit Shémesh produisaient de l'huile pour leur consommation personnelle et pour l'exportation. Des vestiges de pressoirs à olives constitués de grandes cuves de pierre dans lesquelles étaient broyées les olives et de lourds poids en pierre suspendus à des poutres de bois pour exprimer l'huile des olives, ont été retrouvés dans ces bâtiments.
Au début du VIIIe siècle avant J.-C., Beit Shémesh, qui contrôlait l'accès du royaume de Juda et de la route menant à Jérusalem, prit une importance stratégique. C'est là que se déroula la bataille entre Amacia, roi de Juda, et Joas, roi d'Israël.
Le Livre de Josué mentionne Beit Shémesh comme la frontière nord de la tribu de Juda et comme étant une ville de Lévites. Peu après, Beit Shémesh passa sous le contrôle des Philistins, mais revint dans le royaume de Juda sous le roi Ezéchias. Au cours de la bataille de Eben-Ezer, les Philistins s'emparèrent de l'arche d'alliance mais la restituèrent ensuite aux Israélites qui l’emmenèrent à Beit Shémesh où elle demeura quelques temps.
Beit Shémesh fut détruite par le roi assyrien Sennachérib au cours de sa campagne contre le royaume de Juda en 701 avant J.-C. Mais au VIIe siècle avant l'ère chrétienne, quelques familles judéennes y retournèrent, réaménagèrent le réservoir et vécurent à proximité pendant un certain temps. Cette tentative ne fut guère appréciée par leurs voisins philistins ni par les dirigeants assyriens. Pour s'assurer que cette ville frontière serait désertée, ils bloquèrent délibérément l'entrée du réservoir avec 150 tonnes de terre et de débris.
De nombreux récipients en poterie (jarres, marmites) brisés sont demeurés incrustés dans l'épaisse couche de vase accumulée au bas du réservoir.
A l'époque byzantine, un grand monastère fortifié fut construit sur la partie sud-est du tel.

Aujourd’hui, à mi-chemin entre Jérusalem et la plaine côtière, Beit Shémesh est une ville moderne en pleine expansion. Cette situation géographique idéale attire de nombreux nouveaux immigrants (20% des résidents) et fait de Beit Shemesh une mosaïque de communautés. Certains quartiers de la ville comprennent une importante population francophone. Beit Shemesh est une ville jeune : plus de 50% de ses habitants ont moins de 21 ans.


Noémie Grynberg / Israel Magazine 2006

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×