Hazor la multiple

Ville du nord de la Galilée, Hazor fut une des principales cités du Croissant Fertile. Situé sur la route menant de l'Egypte à l'Asie, Hazor fit surtout le commerce de l’étain avec des villes de Babylonie et de Syrie pour son industrie du bronze. Hazor entretint des liens politiques et économiques étroits avec la Mésopotamie. Le roi de Hazor était considéré comme aussi important que les rois de Syrie.Hazor fleurit surtout durant le milieu de la période canaanite (1750 avant J.-C.) et fut le plus grand site fortifié d’Israel durant la période israélite (neuvième siècle avant J.-C.). La Bible se réfère à Hazor comme "la tête de tous ces royaumes" (Joshua 11:10). 

Dès le 19e siècle avant J.C., Hazor fut mentionné dans les textes anciens. Son importance provenait de sa situation géographique frontalière, sur la route commerciale la reliant aux royaumes nordiques. Dans la Bible, Hatzor est signalé comme une des villes les plus puissantes et les plus stratégiques. Jouissant d’un épanouissement culturel et matériel sophistiqué, Hazor fut une des plus grandes cités du pays pendant près de deux mille ans et une des métropoles "royales" de Salomon pendant la période du premier temple.

Du temps de la ‘’pax aegyptiaca’’, un sanctuaire bâti sur le modèle égyptien ou en l’honneur d’une divinité égyptienne fut construit à Hazor. À cette époque, profitant du développement du commerce international, les élites locales accumulèrent pouvoir et richesse, avec nombre d’objets en or et en ivoire, tandis que la population rurale diminua et tenta parfois d’échapper au contrôle des polices locale et égyptienne. Les révoltes locales entraînèrent régulièrement des répressions égyptiennes, telle l’expédition militaire de Merneptah, vers 1210.

 

Au temps des Rois

Lors de la conquête d’Israel par Josué, Hazor semble avoir été l'une de ses victoires les plus importantes. Il détruisit la ville, centre de la ligue des royaumes cananéens. Hazor revint à la tribu de Naphtali. On mentionne également cette ville à l’époque des batailles menées par la prophétesse Deborah et le juge Barak, contre Yabin, roi de Canaan qui régnait alors à Hazor. Plus tard, Salomon reconstruisit l’acropole en tant qu'une de ses forteresses et centres administratifs royaux du nord du royaume. Les édifices étaient alors bâtis autour de murs à casemates interrompus par quatre portes. A l’époque du royaume d'Israel, le puissant roi Omri doubla la taille de la ville et utilisa au moins une partie des vieux murs de la cité pour en faire des entrepôts qui peuvent être visités de nos jours.

Spécialement intéressants à découvrir sont les systèmes hydrauliques, probablement construits durant le règne du roi Ahab, fils d’Omri (850 avant J.C.). Craignant des incursions dans son petit mais stratégique royaume, il fit exécuter un projet magistral de technologie : un tunnel incliné de plusieurs dizaines de mètres creusé dans une couche aquifère, dont le fond forme une piscine continuellement remplie d'eau. Ces constructions furent conçues afin de fournir aux résidents de Hazor un approvisionnement régulier en eau, même en état de siège. Après l’achèvement de ces stations hydrauliques, la population ne dut plus puiser d’eau provenant des sources hors de la ville mais la tirèrent directement de la source souterraine par une hampe de 45 mètres de profondeur.

Sous l'invasion assyrienne au huitième siècle (en 732 avant J.C.), Hazor fut définitivement détruit et sa population exilée.

Archéologie et nature
L'étendue énorme du site n’est, en grande partie, pas encore mise à jour. Faire le tour de Hazor équivaut à un voyage à travers le temps, comportant de nombreuses ruines de différentes périodes : fortifications datant du milieu de la période canaanite; large structure remontant à l’âge de Bronze ; mur et porte datant du règne du roi Salomon ; autel canaanite et greniers apparemment construits au temps du roi Ahab.

La recherche archéologique indique 22 couches géologiques à Hazor, enjambant une période de 2.700 ans, commençant à l'âge de bronze au 29e siècle avant J.C. jusqu’à la période hellénistique au deuxième siècle avant J.C. Les fouilles entreprises de 1955 à 1968 ont permis de découvrir fortifications, temples et palais cananéens de la ville datant de 2000-1200 avant J.C. Ces excavations ont permis de supposer, dans la ville, l’existence de zones de logements denses, estimé à 30.000-45.000 personnes. Ceci représentait 10 à 15 fois plus que d'autres villes contemporaines. En 1975, fut découverte une grande citadelle biblique, sans doute attribuée aux tribus d'Israel, du temps de Josué. Sa destruction suppose avoir été le travail des ville-états cananéennes rivales, ou des peuples de la mer Egée, qui maraudaient le long de la côte méditerranéenne orientale. Mais cela semble peu probable. Une autre hypothèse soutient que les Egyptiens pourraient en être les responsables. Le Pharaoh Seti I, dans une inscription décrivant sa campagne militaire contre Canaan en. 1300 avant J.C., prétend avoir détruit Hazor. Une autre possibilité est que Ramsès II pourrait avoir conquis la ville en 1275 avant J.C.

En 1998, après huit ans d'excavation, a été découverte une cour externe entourée par des murs de soutènement massifs et une grande chambre atteignant la cour par une entrée monumentale avec deux piliers décoratifs. Bien que les pleines dimensions du palais soient toujours inconnues, sa façade orientale est au moins de 130 pieds de long, ses murs préservés par endroits d’une épaisseur de plus de huit pieds. D'autres fouilles ont mis à jour cinq tablettes cunéiformes; des objets d'ivoire; des épées et armure, des figurines en bronze et la plus grande statue de basalte d'un dieu cananéen qui fut jamais trouvé sur un site biblique en Israel.

Aujourd'hui, avec environ 800 dunams, Hatzor est le plus grand emplacement archéologique en Israel.

Le creusement archéologique de Tel Hazor se trouve à proximité du Kibbutz Ayelet Hashahar.

 

De nos jours

Les antiquités provenant de Tel Hazor sont exposées au musée du Kibbutz, construit dans la section inférieure de l’ancienne ville, fleuron de la magnificence de l'âge de bronze de Hatzor, aujourd’hui cachée sous les champs. Les visiteurs sont encouragés à s’y arrêter avant de visiter la ville supérieure de Hazor, devenu parc national ouvert au public. Ses ruines sont presque totalement de la période israélite et rendent compte de l'histoire de Hazor, de la conquête de Canaan à sa destruction par les Assyriens.

Le Kibbutz fut fondé entre 1915 et 1918 par de jeunes pionniers venant de Russie. C'est un des kibbutz les plus anciens d’Israel. Aujourd’hui vert et fertile, le secteur était alors sec et stérile. Coopérative agricole, Ayelet Hashahar compte 1.000 membres d'environ 30 pays. Actuellement ce kibbutz est un des plus grands producteurs de fruits du pays. Il possède également des cheptels laitiers, des étangs de poissons, de la volaille et des ruches qui en font un fabricant important de miel d'Israel. De plus, une usine de production de pneus y a été implantée.

Archéologie, histoire, nature ou tourisme, quelque soit vos goûts, vous trouverez sûrement quelque intérêt à découvrir Hazor.

 

Israel Magazine / Noémie Grynberg 2003

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×