Métoula, entre ligne de front et villégiature

metula-logo.jpgMétoula est la ville la plus au nord de ce que l’on appelle ‘’Le doigt de la Galilée’’, à la frontière libanaise. Elle fut fondée en 1896 par le baron Edmond de Rothschild qui acheta ces terres aux Druzes. Il y installa de nouveaux immigrants venus de Russie aux côtés de Juifs pieux venant de Safed désirant travailler la terre et de pionniers de Pétah-Tikva. Aujourd’hui, grâce à l’entêtement de ces pionniers et à leur détermination, Métoula est devenue une ville de villégiature.

Jusque 1948, les paysans juifs de Métoula vivaient en paix avec leurs voisins libanais. Pendant la guerre d’Indépendance, Tsahal fit une incursion au Liban jusqu’à la rivière Litani. Suite à cette opération militaire, un accord d’armistice et de non combat fut signé entre Israël et les pays arabes.L’année suivante, le gouvernement israélien décida de signer un accord de retrait des rives de la Litani et de rendre toutes les terres de la vallée (même celles privées appartenant aux paysans juifs de Métoula) au gouvernement libanais. Ceci en contre partie de l’engagement de ne pas perpétrer d’actions de terreur ou de guerre et que soit assuré le calme des deux côtés de la frontière.La ligne frontalière fut fixée à 30 mètres des habitations de l’implantation et les paysans de Métoula se trouvèrent coupés des terres fertiles de la vallée.
A partir de 1965, d’intensives actions terroristes attaquèrent la ville. Dès 1976, Israël par un geste humanitaire, ouvrit ses frontières aux chrétiens du Liban persécutés. La guerre sur la frontière nord s’intensifia et en juillet 1981, 1200 missiles Katioucha et obus de mortier touchèrent la ville en 10 jours.La réaction israélienne fut implacable : Tsahal rentra à nouveau au Liban sud en 1982 et déclencha l’opération ‘’Paix en Galilée’’. Elle occupa ce secteur pendant 18 ans. Ceci permit d’éviter les incursions terroristes et les tirs à l’arme légère sur les habitants de la région qui purent vivre normalement jusqu’au retrait unilatéral de mai 2000.Depuis les années 80, Métoula s’est beaucoup développée et nombre de nouveaux quartiers ont été construits. Ceci a considérablement influencé la vie sociale et culturelle de la ville. Aujourd’hui, elle s’étend sur une surface de 10.000 dounams.

La perle du Nord
Les données naturelles de Métoula en ont fait un lieu de villégiature privilégié. Tout le site propose aux visiteurs une ambiance pastorale qui en fait une expérience unique. Aux quatre coins cardinaux, il présente un panorama différent et varié.
Métoula offre à l’est une vue magnifique du Mont Hermon que l’on peut admirer enneigé en hiver et au printemps. Sise sur la frontière même, elle fait metula.jpgégalement face aux montagnes du Liban au nord. Au sud, s’étale une vallée verte et fertile dont les plantations changent de couleurs suivant les saisons.La région dénombre beaucoup d’arbres fruitiers : pommiers, noyers, abricotiers, cerisiers, pruniers, pêchers. Ces fruits goûteux font la fierté de l’agriculture locale et sont exportés dans le monde entier. 150 familles vivent de cette activité.La réserve naturelle comptant pas moins de quatre chutes d’eau et cascades permet aux marcheurs et amoureux de la nature de s’y promener et d’admirer le paysage.La ville a aussi développé ses infrastructures touristiques. 42 familles vivent directement de ses revenus en y ayant investi tout leur savoir faire. Elles seront ravies de vous accueillir dans le cadre rustique de leurs chambres d’hôte (en tout plus de 160), petit déjeuner compris pour la plupart.Métoula profite en outre de nombreux jardins publics et de parc où pique-niquer. Elle possède également sa ‘’Promenade’’.

Les loisirs
De plus, Métoula inventorie plusieurs infrastructures culturelles et sportives. Elle possède entre autre, un centre socioculturel proposant plusieurs activités, une maison des arts, un musée sur les premiers pionniers de la ville, une grande bibliothèque publique et un centre de sport et de villégiature très actif comprenant une grande piscine, un jacuzzi, un bowling, une salle de squash et de tennis de table, un terrain de football et de tennis. Outre cela, ce centre offre un club santé avec massages, saunas, hammams. Pour les non-sportifs, vous pourrez toujours vous sustenter dans un de ses restaurants ou dans sa cafétéria, à moins que vous ne préfériez la lecture de sa librairie.Trois hôtels et sept restaurants sont à la disposition des visiteurs qui peuvent profiter des nombreuses attractions touristiques.Comme toutes les villes dignes de ce nom, Métoula dispose de toutes les infrastructures nécessaires à la vie de tous les jours : écoles, crèches, synagogues, mikvés, banques, postes, centre commercial, cliniques, parcs de jeux pour enfants. Rien n’est oublié pour les habitants de cette ‘’Perle du Nord’’ d’Israël.Outre le tourisme et l’agriculture, Métoula possède aussi une zone industrielle.Métoula peut également se targuer d’accueillir depuis 7 ans un festival musical d’auteurs israéliens. Il est subventionné par diverses aides ministérielles et locales allouées à la culture, à l’éducation et au tourisme, ainsi que par des sponsors privés. Vu le succès remporté les années précédentes, le festival initialement biennale est devenu annuel depuis 2003. Cette année, il se tiendra durant trois jours, du 25 au 27 mai. Les activités y seront variées, pour tout public, les petits comme les grands. Son thème sera dédié aux chansons du monde, traduites et interprétées en hébreu par nos chanteurs nationaux. Amateurs de musique et de langue hébraïque, ne manquez surtout pas ce prochain rendez-vous printanier.


Israel Magazine / Noémie Grynberg 2004

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/02/2013