Néot Kedumim : le jardin biblique

La réserve naturelle de Néot Kdumim, au centre du pays, qui se consacre à la recherche et à la sauvegarde des plantes mentionnées dans la Bible, a créé des jardins garnis de plantes indigènes caractéristiques des diverses régions géographiques de l'Israël de l'Antiquité. Néot Kdumim fait revivre la nature et l’agriculture telles qu’elles sont décrites dans notre héritage : la Bible, la Mishna et le Talmud, le Midrash et toute la tradition. Construisant un pont entre l’époque biblique, mishnaïque et le présent, Néot Kdumim propose d’expliquer les racines profondes de la flore du pays, après 2.000 ans d’exil.

 

Le parc naturel biblique de Néot Kdumim a été créé en 1964. Situé entre Jérusalem et Tel-Aviv, il a pour but de ressusciter l’environnement physique des temps bibliques dans toute sa profondeur et ses détails. Le parc redonne corps au panorama antique qui a façonné les valeurs de la Bible. Il a reconstitué la nature et l’agriculture de l’époque en indiquant pour chaque espèce de plante ou d’arbres, plus d’une centaine, les passages bibliques où ils figurent et sont cités : les 7 espèces d’Israël, les 4 variétés de Soukot, etc. Pour reformer le paysage d’antan, les terres en terrasse ont été reconstituées. Ainsi, l’amour d’Israël pour son Dieu s’exprime dans les textes, à travers son amour pour sa terre et ses richesses agricoles.

Le parc biblique comporte également  une chapelle byzantine rappelant que les pèlerins avaient l’habitude de s’y arrêter, il y a plusieurs siècles, sur leur route vers Jérusalem.

 

Aujourd’hui, Néot Kdumim permet aux visiteurs de redécouvrir les racines du judaïsme et de sa terre. Dans cette réserve biblique, passé, présent et futur se fondent et se confondent dans le paysage ancien pour former une reconstitution historique continue qui exprime l’essence même de la vie, démontrant clairement que les racines du passé signifient un avenir florissant.

Néot Kdumim est un lieu très didactique qui inculque aux visiteurs l’amour d’Israël et la compréhension de sa centralité dans la vie juive. Les visiteurs peuvent ainsi expérimenter les goûts et les arômes des plantes bibliques et talmudiques. En réunissant textes et contexte, Néot Kdumim recrée le microcosme de la nature d’Israël, du cèdre du Liban au palmier dattier du Sinaï. Les animaux domestiques ou sauvages ne sont pas oubliés.

 

La nature

Que ce soit la végétation ou le désert, Néot Kdumim met l’accent sur les paysages familiers d’Israël et explique l’héritage naturel du pays, tout en l’intégrant à la tradition hébraïque.

Dans le calendrier juif, la nature a beaucoup d’importance et bien des fêtes s’y rapportent. Au travers d’idiomes, la Bible elle-même parle de la nature d’Israël. Se concentrant sur le cédrat, l’hysope, le sycomore et d’autres arbres, le parc naturel montre comment la Bible a utilisé les plantes d’Israël pour communiquer des idées universelles. L'hysope est typique des régions méditerranéennes. C'était l'herbe sacrée des Hébreux. Ses fleurs peuvent être violettes, bleues, blanches ou rouges. Le cèdre quant à lui, originaire du Moyen-Orient, comprend des espèces d'arbres à bois odorant. L'utilisation du bois de cèdre du Liban a servi pour la construction du premier Temple de Jérusalem vers 976 avant Jésus-Christ. Le cèdre est l'arbre le plus souvent cité dans la Bible. L'olivier est aussi une des plantes les plus citées dans la Torah. Il symbolise la lumière du monde. Son huile était utilisée pour allumer la menora du Temple. D’ailleurs, le symbole de l’Etat hébreu représente une menora entourée de deux branches d’olivier, signe de lumière et de paix. Le peuple d’Israël est également comparé à l’olivier verdoyant. La sauge (moriah en hébreu) quant à elle, a la forme de la menora qu’elle a inspiré. Cette plante très odorante contient des huiles essentielles qui s’évaporent avec la chaleur du soleil. La myrte est la reine des plantes odorantes d’Israël. C’est elle qu’on utilise pour la havdala du shabbat (cérémonie de fin du shabbat). Le grenadier est le symbole de l’abondance. Ses fruits ornaient la robe du Grand Prêtre et aujourd’hui encore continuent de décorer les rouleaux de la Torah (rimonim). La grenade, emblème des commandements divins (mitsvot) et de la fertilité, est souvent utilisée comme motif décoratif dans les synagogues. La mandragore est un buisson aux fleurs bleues qui dégage un parfum prononcé. Ses fruits servent de nourriture aux oiseaux et aux animaux. Cette plante méditerranéenne présente également une grande valeur médicinale pour combattre la stérilité.

Parallèlement à la végétation, pour le peuple juif, le désert symbolise l’inspiration, le refuge, le passage de l’esclavage à la liberté. Il joue un rôle essentiel dans l’histoire traditionnelle.

Néot Kdumim met en lumière à quel point l’écologie est présente dans la Bible. La Torah s’inquiète de l’interdépendance des organismes avec leur environnement. Ainsi, le parc naturel relie l’écologie d’Israël, son histoire, ses fêtes et l’unité entre la terre, le peuple et la tradition.

 

 Les activités

Le parc biblique offre de nombreuses activités au public, selon les saisons. En hiver, les visiteurs peuvent récolter et presser les olives pour en extraire de l’huile. Au printemps, le public peut récolter le grain et moudre le blé. En été, les amateurs peuvent cueillir les raisins mûrs et les figues. Et tout au long de l’année, petits et grands peuvent puiser de l’eau au fond d’une ancienne citerne, et concocter des cocktails d’épices. Le public peut également apprendre à devenir berger en essayant de guider un troupeau de moutons. De plus, Néot Kdumim propose des tours guidés à thèmes : couleurs et goûts de la Bible, la route des parfums, le pays de l’huile d’olive et bien d’autres encore. Des animations spéciales sont également prévues : danses folkloriques, chant, gastronomie locale.

 En 1994, soit 30 ans après sa création, le parc naturel biblique de Néot Kdumim a reçu le prix d’Israël pour récompenser sa contribution originale à la société et au pays.

 

 

Israel Magazine / Noémie Grynberg 2006

5 votes. Moyenne 4.40 sur 5.

Commentaires (3)

Galvez
  • 1. Galvez | 09/11/2009

Je viens de visiter ce merveilleux jardin guidé par une francophone. Trop merveilleux tout ceux qu'elle nous as expliqué. Je referais avec un autre groupe un petit tour à Néot Kdumim mais pour au moins une journée.
Un grand merci à notre guide dont je ne me souvient pas du nom.

ANATO BRICE
  • 2. ANATO BRICE | 03/05/2012

c'est une initiative à félicité. merci beaucoup

NGIRINSHUTI Marcel
  • 3. NGIRINSHUTI Marcel (site web) | 23/11/2012

Je suis très content de me rendre compte qu'il ya ceux pensent comme moi. Le jardin biblique est l'un des activités du programme "Enfant Vert" (EVE) que j'ai initié dans le cadre de mes recherches doctorales en théologie pratique à l'Université Protestante d'Afrique Centrale. S'il nous faut sauvegarder la création, il est important pour nous de la tradition judéo-chrétienne de commencer par les espèces mentionnés dans la Bible. Je pense qu'il faudrait créer un réseau chrétien pour introduire ces espèces dans les différents endroits du monde pour permettre aux uns et aux autres d'avoir au moins une idée y relative.

Du reste pour les activités du programme EVE, consultez le site de l'Université Protestante d'Afrique Centrale ou encore, consultez "le programme Enfant Vert" UPAC via google

Que le Seigneur lui meme nous soutienne

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.