Shilo la biblique

En suivant les indications contenues dans le livre des Juges, vous trouverez facilement Shilo : située au nord de Jérusalem vers Bet El, à l’est de la route menant à Naplouse et au sud de Levona, en Judée Samarie. Cette ville antique nous raconte les premiers temps d’Israël sur sa terre et témoigne du lien indéfectible qui unit ce peuple à ce sol. Un enracinement dans le passé qui s’épanouit à travers les âges jusqu’à aujourd’hui.

Au temps des jours antiques
Une rumeur persistante circule et raconte que du temps des Cananéens, c’est sur la colline de Shilo que Josué, menant les enfants d’Israël, les défia de conquérir le pays pour le posséder. Après avoir traversé la rivière du Jourdain, les 12 tribus prirent possession de cette terre, vainquirent ses peuples et en devinrent les maîtres au 11e siècle avant l’ère chrétienne. Après la conquête israélite du pays, le peuple d’Israël trouva à Shilo une ville déjà entourée d’une muraille préparée d’avance. Cet ouvrage et l’emplacement central de la ville au cœur de la terre de Canaan, entre la lisière de la Samarie et de Benjamin, la transforma de façon naturelle en lieu de premier stationnement.
Ainsi, arrivèrent à Shilo les enfants d’Israël après leur courte étape à Naplouse. Cet endroit ne fut sans doute pas choisi en vain par Josué. C’est là que, pendant les 14 ans qu’il y demeura, il divisa et partagea 7 ans la terre comme héritage éternel des tribus et 7 autres années il y  fit tendre les toiles de la tente d’assignation sur des socles de pierre et y éleva le Tabernacle, différent de celui qui circula avec le peuple d’Israël dans le désert, en cela que ses murs étaient faits en pierre et simplement recouvert de tissus. Les enfants d’Israël choisirent de fonder à Shilo un centre économique – commerçant – social et spirituel. Cette cité fut donc la première capitale nationale florissante d’Israël il y a plus de 3000 ans. Des puits y furent creusés au service des pèlerins, des bâtiments et des entrepôts construits. Au VIIIe siècle avant l'ère chrétienne, le roi Ezéchias y commanda le percement d’un tunnel pour alimenter en eau la ville de Jérusalem à partir de la source du Gihon. Ce canal sous-terrain  qui aboutit à la piscine de Shilo servait également à protéger l'eau en cas d'attaque. L’esprit de dieu subsista à Shilo pendant 369 ans et l’odeur de l’encens y fut accroché à l’air même encore aux jours du 2e Temple. D’après le Talmud, cette senteur qui représente le hessed (actes de bienveillance), resta suspendue à Shilo longtemps après qu’il a disparu de Jérusalem, bien que chronologiquement le brûlement d’encens finît à Shilo beaucoup plus tôt qu’à Jérusalem. Cependant, ces jours de splendeur ne se prolongèrent pas. Avec la déchéance de la classe dirigeante et l’affaiblissement de la force d’Israël, arriva une situation de guerre inévitable avec les Philistins. D’après les lupreuves archéologiques, Shilo fut détruite pendant cette lutte féroce, au temps du grand prêtre Eli. Après la victoire philistine, Shilo l’israélite fut vouée au feu. Bien que dans les Hagiographes sa destruction ne soit pas explicitement rappelée, des sources archéologiques plus tardives révélèrent des informations sur sa ruine comme, par exemple, des restes calcinés qui témoignent du grand incendie.

Le Tabernacle fut dévasté ainsi qu’une grande partie de la ville. L’Arche d’Alliance fut dispersée. Elle circula de station en station, jusqu’à ce qu’arrive le fils de David qui la déposa dans le Temple de Jérusalem.

Le mérite de Shilo
Par le mérite du Tabernacle, Shilo continua d’être un lieu spirituel et culturel central dans la vie d’Israël.
Ville de pèlerinage pendant les 3 fêtes, les prêtres y officiaient les services divins et le peuple s’y réunissait lors des grands événements comme le jour de Kippour.

Lors des célébrations des festivités du 15 Av, fête de réconciliation, après l’excommunication de la tribu de Benjamin pendant des années, à cause de l’affreux rudoiement d’une femme, ses membres furent à nouveau autorisés à se marier avec les autres tribus d’Israël. A cette occasion, dans une odeur d’encens, les jeunes filles d’Israël à marier sortaient dans la joie et la pureté, en vêtements blancs, danser dans les vignes et les oliveraies de Shilo attendant que les jeunes hommes de Benjamin pour les choisissent comme épouses.

C’est également à Shilo que Hanna implora dieu pour avoir un enfant. Elle forma la fameuse prière dans son cœur et versa des larmes pour que lui vînt un fils. Et là, sa prière fut exhaussée. Elle enfanta. En remerciement, elle tint sa promesse et consacra son jeune garçon au service du prêtre Eli. Plus tard, il devint le grand prophète d’Israël : Samuel.
A cette époque, beaucoup de femmes stériles venaient chaque année du monde entier à Shilo, prier pour avoir un enfant.

Un pont entre le passé et le présent
Aujourd’hui site archéologique localisé sur les collines d’Ephraim en Samarie où la vie spirituelle des Juifs était concentrée au 11e et 12e siècle avant J-C, la colline de Shilo a été récemment ouverte comme site touristique officiel.On peut notamment y découvrir des objets de la fin du 2e temple (130 à 70 avant J-C), de la période byzantine (350-618), et de la première période musulmane (638-900).La première excavation du site commença à l’époque du mandat britannique, entre les années 1922-1936, menée par une expédition danoise. La délégation d’archéologues arriva et organisa des fouilles. Les découvertes furent envoyées au musée national danois de Copenhague.

En 1980, un archéologue de l’université Bar-Ilan, lança de nouvelles recherches et beaucoup d’objets furent mises à jour, comprenant des pièces et des jarres de stockage entre autre. Beaucoup d’entre elles sont préservées à l’université Bar-Ilan.En 1981-1982, Zeev Yeivin et le rabbin Yoel Bin-Nun creusèrent à la base du site présumé du Tabernacle. Des céramiques et des figurines égyptiennes y furent trouvées.

Le 22 novembre 1998, après 4 semaines d’excavations autour des restes de l’ancien bâtiment d’une église byzantine, une énorme mosaïque fut trouvée très bien conservée. Des plans de fouilles se poursuivent, comprenant un creusement sous le niveau du sol de l’église, pour essayer de trouver de possibles restes d’une synagogue.D’autres témoignages archéologiques révèlent le renouveau de l’établissement d’Israël à cet endroit pendant la période des Rois et jusqu’à la destruction assyrienne.La communauté moderne de Shilo s’étend sur les collines où il y a plus de 3000 ans les enfants d’Israël se rassemblèrent pour ériger le Tabernacle et diviser pour chaque tribu la Terre d’Israël en lot.La colline avec son fameux figuier est l’endroit de la ville où les gens continuent à se réunir pour les événements spéciaux. Cet ancien centre spirituel, foyer moderne de Shilo, a gardé tout son pouvoir. Le grand secret de Shilo est que chacun peut encore y goûter ce qu’était l’Israël d’autrefois. Ville indissociable de l’Histoire du peuple d’Israël, encore emplie de son ancestrale sainteté, ce lieu respire la sérénité. Voyageurs en quête de spiritualité, vous y serez bercés par les récits bibliques et par les lointaines odeurs d’encens qui y flottent encore dans l’air, témoins impalpables d’un passé qui se prolonge jusqu’à nos jours. 

   

Israel Magazine / Noémie Grynberg 2002

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×